Tous les responsables s’en lavent les mains et ignorent l’identité de l’entreprise chargée des travaux de réhabilitation du CW33
Mais que cache-t-on aux citoyens ?
Le projet de réhabilitation du CW 33, cache-t-il un secret qu’on veut taire, au mépris du bon sens et de la logique ?
Apparemment oui, car quand on apprend de sources sûres, que ni l'actuel maire ni la commune d’Oran ne sont mêlés ni de près ni de loin à ce projet, on se dit que forcement il y a anguille sous roche.
Les travaux ont été lancés depuis plus d’une année et au rythme avec lequel ils sont menés, leur livraison n’est pas annoncée pour demain. Que cache alors ce projet qui n’est piloté ni par la wilaya ni par la commune et encore moins par ses démembrements, les secteurs urbains en l’occurrence ?
La gestion de ce dossier échappe aux services de tutelle qui semblent s’en laver les mains. Le maire, selon toujours les mêmes sources, n’a présidé aucune assemblée chargée pour débattre du projet, de l’avaliser et de retenir l’entreprise chargée de le mener à bon port. Ce qui se passe avec cette affaire est gravissime, car il laisse penser que n’importe qui peut engager des travaux sur la voie publique, la transformer à sa guise et réclamer qu’on lui paye une prestation qu’on ne lui avait pas commandée.
Le CW 33 est en train de subir un véritable massacre et les responsables de la ville semblent dépassés par ce qui commence à prendre les allures d’un véritable scandale. Et pourtant, la nature des travaux qui y sont menés ne nécessite pas des délais aussi longs.
Par ailleurs, la qualité des prestations de la fantomatique entreprise chargée (ou auto-chargée) du projet laisse à désirer. Comment peut-on tolérer autant d’insuffisances et comment peut-on fermer les yeux sur les agissements de cette entreprise qui semble manquer aussi bien de moyens humains que techniques?
C’est à croire que cette entreprise est protégée par des forces qui échappent au contrôle des responsables locaux. En parler aujourd’hui semble relever du secret d’Etat car, hormis les ouvriers dont le nombre ne dépasse que rarement les doigts d’une seule main, aucune personne ne connaît cette entreprise et encore moins ses responsables qui donnent l’impression de se payer la tête aussi bien des institutions que des citoyens qui subissent les aléas de son incurie, de son incompétence.
Et ici on se permet d’oser une question à deux sous: que cache le projet de réhabilitation du CW 33 ? Ah au fait, on serait également heureux de connaître qui avait donné l’ordre d’installer des barrières de protection à la rue Larbi Ben M’hidi et qui a donné l’ordre de les retirer ?
Nassim B.

 

tarif