Les camions poids lourds font la loi sur les routes aussi bien urbaines que sub-urbaines et une dizaine d’accidents enregistrée en une semaine
Qui arrêtera ces engins de la mort ?
Le problème des embouteillages à Oran continue de sévir, malgré les efforts consentis par les responsables locaux pour améliorer la situation. Cela a été ressenti par la réalisation de plusieurs routes et ouvrages d’arts, à l’exemple des échangeurs et trémies, pour contribuer à l’amélioration de la circulation automobile. Toutefois, il faut un plan de circulation et son application sur le terrain pour aboutir aux résultats escomptés. L’anarchie qui caractérise la circulation à Oran se voit par les multiples embouteillages et accidents qui surviennent sur les grands axes routiers comme celui du 3ème boulevard périphérique, la cause principale selon les automobilistes, demeure sans doute les poids lourds qui circulent en tout temps, dans des routes étroites, créant ainsi des embouteillages et même des accidents de la circulation. Le rond-point d’El Bahia et celui de la cité Djamel Eddine, sont des exemples vivants de l’anarchie et du dictat imposé par les poids lourds qui sévissent toujours, depuis le début du mois sacré de Ramadhan. Une dizaine d’accidents de la circulation ont été dénombrés depuis une semaine uniquement, causés par des camions poids lourds desservant généralement le port d’Oran. Les citoyens s’interrogent sur les dispositions prises à l’époque de l’ancien wali d’Oran sur la restriction de la circulation des camions poids lourds dans des lieux précis et des horaires définis. Par ailleurs, dans le même contexte, le plan de circulation annoncé depuis des mois par les pouvoirs publics, n’a toujours pas vu le jour, alors que de multiples points noirs commencent à surgir dans la ville d’Oran.
S. Ourabah

 

tarif