Les oubliés du relogement de nouveau dans la rue
Le tramway bloqué à Derb et Saint-Antoine
L’effondrement qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi au quartier Derb et qui n’avait fait aucun dégât humain a été l’occasion tant attendue par des oubliés du relogement pour manifester leur désarroi.
Hier, vers 8 heures du matin, des habitants du quartier en question ont investi la voie du tramway durant plus d’une heure. La protestation a fait tache d’huile et les habitants de Saint-Antoine ont eux aussi bloqué le passage au tramway considérant que le choix de cette heure précise aura plus d’effet et que les responsables locaux seront interpellés et prendront en considération leur cri de détresse qui «n’est en fait qu’un avertissement», affirment les protestataires rencontrés hier. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour disperser les manifestants qui attendent beaucoup de la prochaine opération de relogement attendue pour le mois d’octobre prochain. Les manifestants qui ont décidé de cette action de force estiment qu’avec les intempéries, les effondrements seront plus fréquents et que par conséquent, des familles entières sont en situation de sursis.  Durant toute la protestation, le trafic du tramway a été grandement perturbé d’autant plus que les usagers sont ceux qui regagnaient leurs lieux de travail ou d’étude.
Ils ont été contraints de descendre à la place 1er-Novembre ou à Dar El Hayat pour rejoindre à la marche la rame en partance dans le sens de leur destination. «Même si leurs préoccupations sont légitimes, prendre en otage des milliers de citoyens est injuste», nous dira une fonctionnaire habituée du tramway. Il apparait donc que plus le mois d’octobre approche avec la prochaine opération de relogement, plus les actions de protestation se feront plus fréquentes notamment de la part des habitants limitrophes au tracé du tramway qui ont trouvé l’arme idéale pour contraindre les responsables locaux à mieux s’engager. Cette manière d’agir a été également vécue à Medioni il y a quelques mois, lorsque les mécontents de ce quartier ont bloqué le passage du tramway durant plusieurs heures. Dans ce quartier, la tension est en train de monter comme le confirme cette correspondance récemment adressée au chef de daïra de la capitale de l’Ouest pour l’interpeller sur l’opacité qui caractérise le choix des immeubles à évacuer.
K.Z.

 

tarif