Ils s’attendaient à des moments de joie et de farniente
600 jeunes de Ouargla ont vécu le calvaire dans un camp de vacances à Ain El Turck
En une seule vague de Ouargla à Ain El Turck, six-cents adoles
cents sont envoyés pour passer des vacances dans au centre de vacances El Akid Abbas démuni des commodités les plus élémentaires. C’est de l’inconscience, pour ne pas dire, un véritable scandale qui aurait pu mal se terminer. Fort heureusement, l’affaire a été prise en main par les autorités de la wilaya d’Oran.
En effet, dans le cadre du programme estival du ministère de la Jeunesse et des Sports consacré aux colonies de vacances au profit des jeunes, l’Agence nationale des activités de loisir des jeunes a envoyé à partir de la wilaya de Ouargla et en une seule vague, six-cents jeunes, âgés de 18 à 25 ans, pour passer une semaine de vacances au bord de la mer à Ain El Turck. Malheureusement, après un long et pénible voyage, entamé le 25 de ce mois, ces jeunes se sont retrouvés dans un centre de vacances, ne répondant pas aux normes d’accueil, ce qui a provoqué à juste titre leur colère: «on s’est moqué de nous, ce n’est pas un centre de colonie de vacances, mais une écurie, pas d’eau, des toilettes inutilisables, pas de nourriture et pas de sécurité. Et pour tout dire, c’est une misère, nous voulons une seule chose regagner rapidement Ouargla, sa chaleur vaut mieux que cette misère», ont crié haut et fort ces jeunes, mardi passé et n’ont pas manqué de dire qu’ils se sont sentis menacés, lorsque deux individus armés de sabre se sont introduits dans l’enceinte du centre de colonie de vacances. «Après un long voyage et des pannes en cours de route de certains bus qui assuraient notre transport, au lieu de nous reposer, nous avons passé une nuit blanche pour assurer notre sécurité, deux individus armés de sabre se sont introduits dans le centre où il n’y avait pas d’agent de sécurité», ont-ils expliqué.

Les autorités locales interviennent
et calment les esprits

Alertées, les autorités de la wilaya d’Oran sont intervenues pour calmer les esprits et rassurer ces jeunes, dont certains avaient déjà pris le chemin du retour. Le Directeur de la Jeunesse et des Sports de la wilaya d’Oran, M. Badre Eddine Gharbi, a même passé la nuit à la belle étoile avec eux. «En premier lieu, je tiens à vous dire que nous n’étions pas au courant de leur arrivée, personne ne nous a informés que ces six-cents jeunes allaient venir à Ain El Turck pour passer des vacances. Cette action rentre dans le programme de l’Agence nationale des activités et des loisirs de la jeunesse, dont relève le centre de vacances en question. Lorsque le problème s’est posé, le wali a pris l’affaire en main et a donné des instructions strictes pour prendre en charge et dans les meilleures conditions le séjour de ces jeunes, même s’il fallait les héberger dans des hôtels», explique M. Gharbi qui s’est déplacé sur les lieux pour s’enquérir de la situation et pour prendre les décisions appropriées. «Sur instruction du wali et du ministre de la Jeunesse et des Sports, j’ai tenu une réunion avec ces jeunes et des propositions de prise en charge dans d’autres endroits leur ont été faites. Il y a ceux qui ont accepté ces propositions, il y a ceux qui ont compté sur leurs propres moyens en louant des chambres et ceux qui ne souhaitaient que le retour à Ouargla.Pour ces derniers nous leur avons loué dix bus climatisés, nous leur avons acheté de quoi se nourrir durant le trajet et ils ont regagné leur wilaya», précise le Directeur de la jeunesse et des sports. Pour ceux qui sont restés, M. Gharbi dira: «120 jeunes ont été installés dans un autre centre équipé de toutes les commodités et 75 autres ont été installés dans une auberge à Belgaid, vous pouvez aller leur rendre visite à tout moment. Ils sont confortablement installés et très satisfaits». Pour ce qui est des individus armés de sabre qui se sont introduits dans le centre de vacances, M. Gharbi dément cette information: «une bagarre entre deux groupes rivaux a eu lieu à l’extérieur du centre de colonie de vacances, même les services de sécurité sont au courant de cette affaire.» M. Gharbi a tenu à préciser que l’affaire des jeunes vacanciers de Ouargla a été suivie de très près par le wali d’Oran et le ministre de la Jeunesse et des Sports. Dans cette affaire, il est à se demander quel genre de responsables est celui qui a pris la décision d’envoyer ces six cents jeunes sans prendre la peine de se déplacer au centre de vacances en question pour inspecter les lieux au préalable. Selon une source fiable, suite à cette affaire, le directeur de l’agence nationale des activités et des loisirs de la jeunesse a été remplacé.
A.Bekhaitia

 

tarif