Hassi Bounif
Le triste sort de bacs à fleurs qui ont coûté 7.000 DA l’unité

L’argent du contribuable flambé
Cela fait une année au moins, des dizaines de petits bacs à fleurs en ciment mesurant quelques centimètres, ont été installés sur les trottoirs du village, contenant des plantes façon d’embellir un village qui croulait sous les ordures et qui est à ce jour exposé au débordement des eaux usées. Bien entendu ils ne sont pas gratuits, il s’agit d’un projet qui a coûté à la caisse du Trésor public, c’est-à-dire au contribuable, une dépense inutile de 570 millions de centimes.
En effet, il s’agit d’une dépense inutile et d’un gaspillage irréfléchi et démesuré des deniers publics, du fait que ce n’est pas une priorité par rapport à la dégradation du cadre de vie des différentes cités de la commune, et du fait que faute d’entretien, les plantes en question ont dépéri même pas un mois après leur installation sur les trottoirs, de nombreux habitants se sont posé la question sur cette affaire, sauf ceux qui en principe sont concernés par la bonne utilisation des deniers publics, comme cela se passe dans les pays qui connaissent et qui respectent la valeur de la chose publique, des pays qui se sont développés grâce à la lutte contre le gaspillage et à la rigueur dans l’application de la loi, grâce aussi à l’engagement des contribuables dans la gestion de leurs municipalités respectives.
570 millions de centimes auraient pu être utilisés pour éradiquer les fosses septiques, ou bien pour la pose d’un tapis de béton bitumineux devant l’école numéro 6 de haï chahid Mahmoud, pour éviter aux enfants de patauger dans la boue en hiver.
Dans cette même cité, ils auraient pu être utilisés pour l’installation tant promise de ralentisseurs devant l’école primaire numéro 5, afin de préserver la vie des enfants menacés par les chauffards qui roulent comme des fous dans cette rue.
Le prix unitaire de ces bacs à fleurs remplis de terre et contenant une plante, est de l’ordre de sept mille dinars (7.000 DA) l’unité, actuellement ils ne contiennent uniquement que de la terre, des mégots et des bouts de papiers, ils ne valent pas un sou.
Non satisfait des résultats catastrophiques d’embellissement du village qu’ils venaient de réaliser, ces mêmes responsables incompétents aidés par l’aveuglement, ainsi que par l’inconscience, ont prévu pour l’exercice en cours une enveloppe financière de l’ordre de 700 millions de centimes pour l’achat de plantes aussi, fort heureusement, l’équipe actuelle a annulé ces achats comme elle a annulé d’autres projets inutiles à la commune, comme nous l’avons déjà rapporté dans une édition du mois de juillet.
A.Bekhaitia


 

tarif