Ils sont présents en force dans le secteur du BTPH
Près de 5.000 ressortissants étrangers travaillent à Oran
Destinée aux employeurs faisant appel à la main-d’œuvre étrangère, une journée d’étude a été organisée hier par l’Inspection régionale du travail en étroite collaboration avec la Direction de l’emploi de la wilaya d’Oran.
Cette rencontre à laquelle ont pris part des chefs d’entreprises, nationaux et étrangers, activant dans la région ouest du pays a été l’occasion à l’opinion publique d’avoir une idée sur le nombre des travailleurs étrangers pour la seule wilaya d’Oran. Sur ce plan-là, l’on compte 4.900 ressortissants étrangers de diverses nationalités travaillant dans des entreprises à Oran dans différents secteurs, plus particulièrement le BHTP. Il est à noter dans ce contexte que le recours à la main-d’œuvre étrangère obéit à une réglementation stricte. En effet, l’octroi de permis de travail doit être défini dans le temps, en prenant en compte la durée des projets ou des missions. C’est dans cet ordre d’idée que s’est tenue cette journée d’étude, dont l’objectif, tient à préciser M. Benchouia, premier responsable de l’Inspection du travail de la wilaya d’Oran qui a expliqué que l’objectif est de débattre de manière détaillée les modalités de recrutement, de l’octroi du permis du travail ainsi que celles relatives au transfert du salaire vers les pays d’origine.
Pour la wilaya d’Oran, l’on dénombre quelque 93 entités économiques qui relèvent de l’un des trois types d’entreprises nécessitant le recrutement de personnel étranger: appel à un personnel étranger. Il s’agit d’entreprises locales, d’entreprises étrangères et enfin celles nées du partenariat mixte. Enfin, il est exigé à ces entreprises de recruter la main-d’œuvre à hauteur de 70% de l’effectif total et ce taux est dépassé (80%) dans la wilaya d’Oran.
Farah Hasni

Sport pour tous sur la corniche oranaise
Le pari réussi par la société civile
Une superbe journée printanière avec un soleil écla
tant et la mer envoûtante, a conféré un cachet à la
hauteur de l’évènement concocté par la société civile de la cité balnéaire. Un événement dont le slogan était «Culture, sport et santé pour tous». Certes, l’effectif attendu n’a été que partiellement atteint, grasse matinée oblige en cette journée d’avant-hier, mais toujours est-il qu’une vingtaine de couples, ainsi qu’une cinquantaine de vétérans, donnèrent le meilleur exemple en se joignant aux quelque 200 participants du jogging, âgés de 05 (eh oui) à 30 ans.
Comme c’était prévu, le rassemblement s’est déroulé de 8h 30 jusqu’à 9h 30 à proximité du complexe touristique de l’Eden au niveau du carrefour donnant accès aux routes (ancienne et nouvelle) menant à Cap-Falcon, ainsi qu’à destination de l’autoroute des Andalouses. Les nombreux invités ainsi que les autorités locales se mêlèrent à la foule pour les rituelles photos souvenirs, avant d’assister au coup d’envoi tant attendu, notamment par les jeunes et surtout par la nombreuse gent féminine qui défia à la course les hommes fortement représentés par quelques champions, dont le plus illustre n’est autre que le sympathique Senouci Mohamed, 74 ans, vainqueur au marathon de Tamanrasset (janvier 2015) et 4e à Adrar (février 2015). Toutefois et sur la distance qui était approximativement de 03 km (aller et retour), le classement n’était nullement à l’ordre du jour, d’autant plus qu’il s’agissait d’un footing à cadence mesurée, et permettant à tous les concurrents d’échanger des plaisanteries et autres anecdotes sur d’autres évènements tels que celui de cette mémorable matinée. Le clou de ce jogging grandiose a été laissé à l’arrivée au cours de laquelle, des casquettes, des sacs et des tee-shirts furent remis par les organisateurs à tous les concurrents, et ce, avant de recevoir tour à tour des bouteilles d’eau minérale, des jus et des pâtisseries qui firent la joie des petits chérubins, tout comme celle des adultes présents.
La réussite de cette louable initiative revient en premier lieu au duo Boukhobza Abdelkader et Raho Abdelkader, tous deux anciens sportifs émérites, et en second lieu à la sûreté de daïra, au SAMU et à la protection civile, qui jouèrent un rôle fort remarqué tout au long de cette demi-journée. Signalons également la participation des sponsors, dont celle de la SEOR et du groupe Saadoun qui se firent un plaisir d’offrir des récompenses aux heureux lauréats.
Noreddine B.


 

tarif