Maghnia
La suspension du passavant décidée par le wali,
non suivie par la douane
Sous la pression des consommateurs et commerçants frontaliers qui ont subi de plein fouet la flambée des prix, l’application de l’arrêté qui exige le visa d’une brigade mixte composée de la douane et des éléments des services du commerce et des impôts (passavant), pour toute marchandise qui pénètre dans la zone terrestre de la douane, le secrétaire général, wali par intérim, a suspendu temporairement le passavant et a instruit toutes les instances pour s’y conformer.
Malgré cet arrêté du wali, la douane continue d’exiger le passavant, au grand désespoir des commerçants qui se voient sombrer dans des tracas et le consommateur payer des décisions nos réfléchies. Une vague de protestations que ce refus d’appliquer cette suspension a causée, est générée à travers toutes les dairas touchées par cette mesure, à savoir Maghnia, Ghazaouet, Marsa Ben M’hidi, Bab El Assa, Beni Boussaid, Sebra et Fellaoucène.
Devant cette situation, la direction générale des douanes a dépêché à Maghnia une délégation composée des éléments de l’inspection générale, où elle a tenu une réunion avec les commerçants de la daira.
Ces derniers ont présenté à la délégation leurs préoccupations et quelques solutions pour éviter que des mesures de lutte contre la contrebande et la fraude fiscale n’éclaboussent économiquement l’honnête citoyen. Parmi celles-ci, les commerçants ont proposé que le passavant soit exigé dans l’espace situé entre les ultimes chefs-lieux de communes et la frontière.
Pour la lutte contre la fraude fiscale, les commerçants proposent en concertation entre la direction de la douane et les ministères des Finances et du Commerce, pour chercher un moyen efficace pour contraindre les fournisseurs à délivrer les factures et ce, afin que tous les commerçants du territoire national soient touchés et payeront par conséquent les impôts relatifs à la consistance de leur achat-vente.
De cette manière, on n’aura plus affaire au passavant, lequel s’est avéré pénalisant les consommateurs et les commerçants frontaliers uniquement.
A ce titre, l’on souligne que les prix de la majorité des produits ont connu une augmentation dont le passavant était à l’origine, qui dépasse les 30%.
A.M

Mostaganem
Ouled Boughalem

Deux foyers de fièvre aphteuse détectés
Les bovins affectés abattus et enterrés
La Direction des services agricoles de la wilaya a enregistré un foyer de fièvre aphteuse dans la commune d’Ouled Boughalem relevant de la daïra d’Achaacha située à l’Est de la wilaya, limitrophe des wilayas de Chlef et de Relizane. Le Directeur des services agricoles de la wilaya, M. Mouissi Abdelkader, a indiqué que l’inspection vétérinaire a confirmé que 16 vaches dans la zone de d’Ouled Ziani et Boughzert ont été affectées par cette maladie. L’inspection vétérinaire est sur place à Ouled Boughalem dans la daïra d’Achaacha. Le troupeau de bovins de deux éleveurs implantés dans cette zone, limitrophe des wilayas de Chlef et de Relizane, a été touché par la fièvre aphteuse.
Cependant, une enquête épidémiologique a révélé que les éleveurs n’avaient pas respecté les orientations et consignes de l’inspection vétérinaire interdisant la fréquentation des marchés à bestiaux des autres wilayas. La zone d’Ouled Ziani compte 14 têtes affectées par la fièvre aphteuse, dont 6 veaux alors qu’à Boughzert deux vaches ont été déclarées porteuses de la maladie.
L’équipe des vétérinaires a confirmé ces foyers et les bêtes affectées ont été abattues et enterrées Par ailleurs, des mesures de prévention par la désinfection et la vaccination de l’environnement des vaches touchées par cette maladie ont été accomplies. S.B

 

tarif