Aïn Temouchent
Peu d’engouement pour les assurances agricoles
Les agriculteurs d’Ain Temouchent affichent peu d’engouement pour une assurance auprès de la Caisse régionale de mutualité agricole (CRMA), a fait savoir dimanche son directeur à Ain Temouchent.
Sur 14.000 dont 9.000 détenteurs de la carte agricole dans la wilaya, seulement 850 ont contracté une police d’assurances CRMA depuis le début d’année en cours dans le cadre du crédit RFIG, a indiqué Benguettat Abdelkader en marge de journées portes ouvertes sur les assurances agricoles.
«Néanmoins, ce chiffre est en augmentation puisqu’il est passé de 300 fellahs en 2012 à 800 en 2013 et 850 en 2014", a-t-il souligné ajoutant que le même constat est relevé chez les éleveurs bovins où seulement neuf contrats ont été signés et les viticulteurs (10 contrats).
Pour la viticulture, sept fermes pilotes d’Ain Temouchent, Tlemcen et Sidi Bel Abbès se sont assurées en 2013, pour un montant de 2,8 millions de DA, en dépit des multiples avantages et facilités accordés par l’Etat à ce genre d’assurances, notamment une réduction de 40 pour cent pour ceux qui s’acquittent en cash de leur contrat et de 50 pc à terme pour les éleveurs.
Par ailleurs, une assurance agricole dite «multirisques agricoles» couvre les produits agricoles, les bâtiments, le matériel et les travailleurs, a-t-il encore indiqué.
Afin de mettre un terme à cette réticence, la CRMA organise ces journées portes ouvertes du 23 au 27 novembre, pour promouvoir les assurances agricoles qui sont ignorées par les fellahs et sensibiliser autour de l’opportunité de contracter les polices d’assurances disponibles, a ajouté le même responsable, tout en rappelant la mésaventure des maraîchers de la daïra de Oulhaça en 2013, qui n’avaient pas assuré leur production entièrement dévastée par les intempéries et les inondations.
«Pourtant, il existe chez nous des assurances susceptibles de couvrir ce genre de désagrément, à l’instar des garanties grêle et incendie», a-t-il déclaré.
Pour les éleveurs, une vétérinaire de la CRMA d’Ain Temouchent assure conseils et suivi pour les cheptels, à travers des visites régulières au niveau des étables.
Celle-ci a effectué plus de 100 visites dans le cadre de la sensibilisation.
Par ailleurs, le travail de proximité de la CRAM a été renforcé avec l’ouverture de trois bureaux locaux à El Malah, El Amria et Ain Kihal qui travaillent en étroite collaboration avec les services agricoles et les organisations professionnelles.

Mostaganem
Le projet tramway donnera une nouvelle impulsion sociale et touristique
L’avancement du projet du tramway est en bonne voie dans la réalisation de la première ligne ferroviaire du tramway qui englobe plusieurs stations. La modernisation du transport urbain permettra d’alléger et de réduire la tension dans la circulation. Ces projets de chemin de fer et de tramway sont indispensables dans la complémentarité et la coordination entre différentes lignes et leurs modes. Le tramway de Mostaganem va donner une nouvelle impulsion plus particulièrement à la coordination des grands pôles, nouvelles cités et pôle universitaire. Il va être efficient dans le développement et la réduction de la tension dans la circulation. La première ligne est une étape qui sera suivie par d’autres lignes. Il va y avoir des stations au niveau de la cité Kharrouba et celle de la salamandre. La première ligne ferroviaire va débuter de la salamandre plus précisément du lieu dit Sider en passant par le rond-point de la douane par une trémie, Hai Gouaich et en parallèle avec le chemin de fer de train pour arriver au centre-ville à la station de chemin de fer. Il passe aussi par Oued Ain Sefra et à l’Arsa par un viaduc, la cité antique Tighditt, 800lgts, unité gendarmerie nationale et Kharrouba jusqu’à la fin de la cité universitaire Ibn Badis. Quant à la 2e ligne ferroviaire du tramway, celle-ci commence par le centre urbain au milieu de la gare de chemin de fer du train ex-SNCF,
Benyahia Belkacem, jusqu’à la cité 5 juillet au niveau de la nouvelle gare routière. Dans ce tronçon la circulation sera mixte en parallèle, véhicules et tramway, à l’image de la ville d’Istanbul, c’est une première en Algérie. Certains résidents et commerçants craignent des problèmes sur ce passage. La représentante de la société affirme qu’il y avoir la valorisation de la cité. D’autres travaux seront réalisés tels que les parcs de voitures et des structures de loisirs qui vont donner une image envoutante à la perle de la Méditerranée. Des parkings vont être matérialisés pour contenir 40 à 80 voitures. Il va y avoir 6 au niveau de la cité Benkhattab, salamandre, centre-ville, Kharrouba, Benyahia Belkacem et à la cité universitaire. Les utilisateurs parquent leurs véhicules et montent dans le tramway.
Cela permettra de diminuer la tension au centre-ville. La réalisation de ce projet moderne aura une vision et une valorisation sociale et touristique. SB

 

tarif