Sidi Bel Abbès
Leur vieille bâtisse menace ruine

Une dizaine de locataires interpellent le wali
Une dizaine de familles qui se partagent une maison de maitre à la cité Bait El Qods dans le centre-ville de Sidi Bel Abbès, vivent la peur au ventre de se réveiller un jour sous les décombres et lancent un appel de détresse en direction du premier responsable de la wilaya, sollicitant une prise en considération de leur situation.
L’état de la bâtisse qui date de l’ère coloniale s’effrite de jour en jour et menace ruine à tout moment, la toiture de l’immeuble et les escaliers se sont effondrés partiellement à plusieurs fois et risquent de s’effondrer sur la tête des locataires. Les fondations de leurs logements sont sérieusement ébranlées et soutiennent à peine les murs et les toits, rapporte la requête dont une copie a été remise à l’Echo d’Oran. Toutes les doléances des locataires adressées aux responsables de l’OPGI, la direction de l’urbanisme et de la construction, chef de daïra et président d’APC qu’ils ont appuyées de rapports de la protection civile et de photos sur l’état de la bâtisse se sont avérées vaines, alors que les vies humaines sont en danger. A chaque averse ou vent, tout le monde passe la nuit réveillé de peur de ne plus revoir le jour. L’eau de pluie submerge les pièces, la cour et les couloirs de l’immeuble.
Les chefs de famille avaient déposé des dossiers pour bénéficier de logements sociaux depuis plusieurs années sans que leurs demandes ne soient approuvées par les responsables concernés. Une situation des plus lamentables et un vrai calvaire que supportent les malheureux locataires, diront-ils, et soutiennent n’avoir pas les moyens pour réhabiliter leurs appartements, confient-ils, et d’ajouter qu’ils n’ont pas trouvé à qui se plaindre. Fatima A.

 

Mostaganem
23ème édition du festival national du théâtre scolaire

Participation de 31 troupes totalisant 600 élèves
La 23ème édition du festival national du théâtre scolaire s’est ouverte dimanche à la maison de la Culture «Ould Abderrahmane Kaki» à Mostaganem, avec la participation de 31 troupes totalisant 600 élèves des trois cycles.
La cérémonie d’ouverture, à laquelle a assisté un grand nombre d’élèves et leurs parents, a été marquée par un défilé des troupes participantes à ce rendez-vous culturel, organisé sous le slogan «Eduquer un enfant c’est construire un pays», en plus d’une exposition de différents travaux d’élèves et la présentation d’une opérette sur l’enfance par la troupe «Mustapaha Kateb» de Stidia (Mostaganem).
Les troupes participantes de 28 wilayas du pays se disputeront les trois premiers prix tous paliers confondus. Les performances des élèves seront évaluées par un jury présidé par l’inspecteur de l’éducation, Bouchahma Bendehiba et composé du metteur en scène Bouhmam Abdelwahab de Guelma et l’inspecteur d’éducation, Kasdali Slimane de Mostaganem. Cet événement culturel, organisé par la direction de l’éducation, qui s’étale jusqu’à jeudi, vise à encourager et perfectionner les talents, selon les organisateurs. En outre, ce festival, devenu une tradition annuelle, contribue à la promotion du théâtre scolaire et à la découverte d’artistes talentueux en herbe pour les prendre en charge, afin de constituer l’avenir de la quatrième Art en Algérie, a-t-on souligné. A rappeler que les prix de la 22ème édition de ce festival ont été décrochés par le lycée «Saïd Zerrouki» de Bordj Bou Arreridj avec la pièce «Hourriet Watan», le CEM «Si Kaddour Bennaimi» d’El Bayadh pour la pièce «Madinet ennour» et l’école «Mohammed Seddik Benyahia» de Souk Ahras avec la pièce «Lawahat thawria min El qaïda Echarkia».

 

 

 




 

tarif