Ain Temouchent
L’UGEL dénonce le laisser-aller à la cité universitaire 2000 lits
Le nouveau directeur du centre universitaire Belhadj Bouchaib d’Ain Temouchent, n’a pas trouvé devant lui une situation confortable, dira-t-on, pour pouvoir aller de l’avant dans ce qu’il entend réaliser pour résorber les déficits signalés et aplanir les difficultés recensées. Le syndicat de l’Union générale des étudiants libres (UGEL) vient de briser le silence et dénoncer tout haut, dans un communiqué remis à la presse, qualifiant de précaire et insupportable la situation qui prévaut dans la cité 2.000 lits. De quoi s’agit-il au juste ? Et pourquoi un mouvement de protestation enclenché ces jours-ci alors que le directeur est fraîchement désigné à son poste ?
Le communiqué ne précise pas si le syndicat avait essayé de débattre les problèmes soulevés avec le nouveau responsable. Il est dit clairement qu’il faut impérativement mettre un terme à l’état de précarité alarment et insupportable qui y prévaut. Et d’après l’avertissement, les étudiants sont confrontés à la dégradation des lieux et des mœurs aussi.
Comment explique-t-on l’accès des agents de sécurité aux bâtiments des jeunes filles sans qu’ils soient accompagnés par la représentante des étudiantes ? L’introduction des boissons alcoolisées est devenue un fait récurrent qu’il faut bannir à tout prix.
Et puisque l’UGEL pose ce problème, qu’a-t-elle fait pour aider l’administration à le circonscrire et l’éradiquer ? «La maintenance fait défaut au niveau de plusieurs blocs à tel point que des fenêtres sont éventrées depuis des mois, causant ainsi des désagréments aux étudiants.
Dans certains blocs, les sanitaires sont presque inopérants et il est facile de deviner le reste.
Le chauffage est défectueux au niveau des étages supérieurs, la sécurité laisse à désirer, notamment la nuit chez les étudiantes.
Les étrangers qui pénètrent dans la cité est une constatation devenue un fait à répétition, non sans risque», a fait remarquer le communiqué.
L’étudiant qui a été tabassé par une personne étrangère l’année dernière est un incident encore gravé dans la mémoire de tous.
En outre, les moyens de distraction, de sport, l’outil informatique et autres, laissent à désirer, souligne-t-on. Le communiqué a été transmis au ministère de tutelle et aux autorités syndicales et de wilaya.
B.Belhadri

Tiaret
Réception prochaine de neuf nouveaux établissements scolaires
Neuf nouveaux établissements scolaires seront réceptionnés au mois d’août prochain dans la wilaya de Tiaret, a-t-on appris lundi du directeur des équipements publics.
Parmi ces établissements, 2 lycées de 800 places chacun sont en cours de construction dans les communes de Ain Dzarit et Djillali Benamar.
Ces deux projets ont été lancés en avril 2014 pour un coût de 218,5 millions DA chacun.
Il est prévu aussi la réception de 3 CEM dont deux à Tiaret dotés d’une capacité de 720 et 600 places et un troisième à Frenda (720 places).
En outre, le secteur de l’éducation sera renforcé dans la wilaya par la livraison de 5 écoles primaires à Tiaret, Bougara,Sidi Hosni et Sougueur.

 

tarif