Zahana
Des jeunes de Djeniène Meskine réclament du travail à la cimenterie
Encore une fois, plusieurs dizaines de jeunes chômeurs de la petite ville de Djeniène Meskine relevant de la commune de Zahana dans la wilaya de Mascara, sont revenus hier matin à la charge et se sont postés devant la cimenterie pour exiger de l’emploi. Des banderoles sur lesquelles étaient écrits des slogans de dénigrement et autres menaces à l’encontre des responsables administratifs de cette usine de production de ciment, étaient fixées juste à l’entrée de cette usine. Les protestataires en majorité des jeunes, armés de bâtons, de matraques et autres projectiles dont des pierres, se sont infiltrés à l’intérieur de l’usine où ils se sont regroupés avant de s’attaquer au véhicule de service qui transportait le DG et le directeur des ressources humaines. L’intervention énergique des agents de sécurité de la cimenterie et celle de la gendarmerie ont cerné les lieux et ont permis de maîtriser la situation qui aurait pu dégénérer. Un agent de cette usine a été blessé lors de l’agression des manifestants enragés alors qu’il a été évacué vers l’hôpital où il sera mis sous observation médical et bénéficiera d’un certificat d’incapacité de travail de sep jours. Des graffitis ont été écrits sur les murs de la cimenterie à travers lesquels les protestataires exigent un emploi.
Une plainte a été déposée par la direction de la cimenterie auprès du procureur près le tribunal de Sig alors que de nombreux protestataires agresseurs seront poursuivis en justice pour les faits commis, en l’occurrence les actes d’agression contre des fonctionnaires sur leur lieu de travail. De leur côté, des jeunes approchés se plaignent de l’entière négligence de leurs doléances par des responsables de cette usine et impliquent également les autorités de wilaya qui ont fait la oreille sourde à leurs préoccupations alors que des doléances ont été déposées au niveau du cabinet du wali, mais vain, précisent-ils.
De son côté, un responsable de cette usine précisera que la cimenterie de Zahana emploie un effectif de 750 travailleurs, ce qui dépasse ses capacités d’emploi prévues qui ne dépassent pas les 400 travailleurs. L’usine est soumise à une loi qui régit le marché du travail et qu’il est impossible de transgresser le règlement en vigueur», conclut-il.
A.Heddadj

Tissemsilt
La hausse des prix des matériaux de construction continue

Des chantiers entiers pénalisés
l’évolution de la crise des matériaux de construction ne semble pas encore trouver de solution dans la wilaya de Tissemsilt, la courbe des prix est toujours à l’ascendante au point ou le domaine de la construction s’est vu sérieusement affecté, certains chantiers, particulièrement ceux tenus par les particuliers sont carrément à l’arrêt, soit par la rareté des matériaux ou tout simplement par la cherté des prix de ces matériaux disaient les entrepreneurs en affirmant qu’avec ces prix, la cadence des travaux a sensiblement diminué causant des retards considérables, particulièrement, dans le domaine du bâtiment d’où se manifeste leur peur, quant à l’aventure avec ces prix, préférant ne pas prendre plus de risques qui influent négativement sur leur marge bénéficiaire.
Un petit tour d’horizon fait ressortir que le sac de ciment est cédé à 580 DA et encore, il faut espérer qu’il soit disponible à cause de la forte demande exercée sur le complexe de Chlef qui alimente la wilaya en ciment, alors que le quintal de fer se vend à pas moins de 5700 DA, nos interlocuteurs ajoutent que le camion de sable se vend lui à 2000 DA le chargement de petit tonnage, au même moment, la tuile rouge se vend à 30 DA l’unité, des prix qui découragent le plus optimiste de ces entrepreneurs et ouvrent grande la porte à certains spéculateurs qui depuis quelque temps dictent leur loi.
Ils y voient en cette crise une aubaine pour s’enrichir davantage, la seule solution trouvée par les entrepreneurs et autres particuliers pour diminuer l’impact de cette crise sur leurs dépenses est d’abandonner, momentanément, les travaux dans l’espoir que les prix des matériaux de construction baissent, une solution somme toute légitime, mais, malheureusement, elle influe négativement sur l’avancement des travaux engagés aux quatre coins de la wilaya.
A.Nadour

 

tarif